Algerie

Conférence 7 mars 2015 – Algérie: La question des hydrocarbures

Publié le Mis à jour le

À l’heure où le prix du baril de pétrole avoisine les 50 dollars, lesté par une offre abondante, l’Algérie veut lancer l’exploitation de gaz de schiste.Hydrocarbure-Algerie-v2

Le procédé extractif est extrêmement coûteux en investissements financiers avec une rentabilité plus que douteuse, il est de plus avéré qu’il est destructeur d’équilibres écologiques et dévastateur de ressources hydrauliques déjà fort rares.
Nombre d’entreprises étasuniennes engagées dans la production de ce type d’hydrocarbures intimement liés à la roche par fracture hydraulique procédé connu depuis longtemps mais mis à profit quand le baril semblait stable à plus de 80 dollars ont enregistré des pertes importantes. Il faut sans cesse multiplier les forages dans un champ donné pour maintenir un même niveau de production. Les USA espéraient reconquérir une relative indépendance énergétique après le peack oil qu’ils ont connu dans les années soixante-dix.

L’Algérie est-elle en train de valider l’hypothèse avancée par certains spécialistes que 80% des réserves d’énergie pétrolière et gazière estimées dans le monde sont incertaines voire fantaisistes ?

Pourquoi ce pays a-t-il géré sa ressource pétrolière comme un bien de consommation et ne l’a-t-il pas utilisée comme un levier de développement ?

Toutes ces questions et bien d’autres encore autour de la géopolitique du pétrole seront traitées par M. Abdellatif Rebah, chercheur en économie, auteur en particulier de « Le développement national contrarié » (2012) et « La Sonatrach, une entreprise pas comme les autres » (2006) à l’Espace Maymana le samedi 7 février 2015 à 18h30.
C’est à l’initiative de FUIQP que la table ronde est organisée autour de la question essentielle de l’impasse à laquelle ont conduit trois décennies de restructurations libérales et de la nécessité de déployer d’autres termes à l’alternative de la déréglementation et de l’ouverture sans protection au marché globalisé.
L’urgence de mettre en place une autre organisation politique et économique s’impose avec d’autant plus d’acuité que nous vivons un retour explicite des guerres coloniales, du pétrole et du gaz.
Participera à cette rencontre M. Abdelkader Saadallah, consultant international dans le domaine de l’exploration pétrolière, éminemment qualifié pour débattre de la question des hydrocarbures et de la catastrophe annoncée du gaz de schiste.

conférence débat organisé avec:
FUIQP
DOCenDOC
Espace Maymana
Collectif contre le gaz de schiste en Algérie

Événement Facebook

Publicités

Vidéo – Tunisie: Après le printemps quelle saison?

Publié le

Beligh NABLI universitaire, enseignant-chercheur en droit public et directeur de recherches à l’IRIS, a gratifier l’Espace Maymana de sa visite le 5 décembre pour une conférence et un débat de grande qualité. Les révolutions arabes, dont la genèse à trouvé sa source en Tunisie, où en sommes nous aujourd’hui?
Pour essayer de répondre à cette question, suivez cette vidéo et pourquoi pas rendez nous visite prochainement pour d’autres conférences et débats!

Conférence – Tunisie: Après le printemps quelle saison?

Publié le Mis à jour le

Les révolutions dites arabes ont-elles été des révolutions colorées au même titre que celles qui ont assuré la domination de l’Occident sur les anciens pays satellites de l’Union Soviétique ?revolution-Tunisie

Même s’il a pu être vu ça et là les mains d’ONG financées et conseillées par la NED, n’ont-elles été que cela ?

Pourquoi sont-elles arrivées à ce moment de recomposition de l’Orient arabe après la destruction de l’Irak ?

Qu’a donc à voir l’Islam ou les mouvements politiques d’inspirations musulmanes dans ces émeutes qui ont abouti à des changements dans le personnel politique des pays arabes concernés?

Pourquoi le mouvement a-t-il débuté en Tunisie ?

À quoi a-t-il abouti lorsque sur ses deux flancs, l’Algérie menacée et la Libye est détruite et livrée au chaos d’une guerre civile ?

Quelles perspectives après les élections législatives et présidentielles en Tunisie ?

Toutes ces questions et bien d’autres sont à débattre avec Beligh NABLI à l’espace Maymana ce vendredi 5 décembre 19h.x240-9I9

_

Béligh Nabli est universitaire, enseignant-chercheur en droit public. Directeur de recherches à l’IRIS, ses travaux portent sur des sujets politiques, institutionnels et juridiques. Depuis 2011, il suit en particulier les phénomènes liés au « réveil arabe » et dirige l’Observatoire des mutations politiques dans le monde arabe. Il signe en 2013 : Comprendre(s) le(s) monde(s) arabe(s), Paris, Armand Colin.

Inscription Facebook

Au 8 rue Raspail 93400 Saint-Ouen