Conférence : « Crise Ukrainienne – Géopolitique et conflits en Eurasie » (19 septembre 2014)

Publié le Mis à jour le

L’Espace Maymana à le plaisir de vous proposer le vendredi 19 septembre à 19h00 une nouvelle conférence qui portera sur le thème : « Crise Ukrainienne – Géopolitique et conflits en Eurasie », avec la participation de Nicolas Bárdos-Féltoronyi.

Cliquez pour agrandir l’affiche

la question de l’Ukraine s’enracine dans la tradition plus qu’explicite des USA depuis l’effondrement de l’URSS et qui consiste à s’ingérer sous différentes formes dans les affaires des nations qui ne lui sont pas encore totalement soumises.

Le surgeon européen en Amérique du Nord se voulant hégémonique et à jamais sans rival a employé alternativement la technique du soft power, révolutions colorées, mise à profit de printemps arabe mais aussi des guerres classiques avec armadas mondiales ou réduites aux vassaux de l’OTAN.

La liste de leurs interventions est longue depuis la déflagration qu’ils ont organisée en Yougoslavie dès 1991, de plus en plus longue.

Actuellement, ils mènent des attaques sur le Yémen, le Pakistan, la Somalie, continuent leur guerre en Afghanistan.

Ils interviennent en Libye, au Mali.

En Irak et en Syrie, l’ingérence se fait par mercenaires interposés dont à l’occasion on peut se débarrasser s’ils deviennent encombrants en les qualifiant d’islamistes terroristes.

Les tentatives d’ouvrir un front en Extrême-Orient en faisant s’opposer la Chine et l’Inde d’une part, la Chine et le Japon d’autre part pour l’instant échouent.

Sur les marges occidentales de la Russie, les tensions ont gagné d’intensité dès l’été 2008 quand le Président de la Georgie Saakachvili a tenté de réintégrer de force l’Ossétie du Sud. Le Kossovo venait juste d’être reconnu comme État détaché de la Serbie par l’Occident quelques mois auparavant.

L’extension de l’Union Européenne à 27 pays incluant nombre des pays ex satellites de l’URSS était déjà un projet de contention de la Russie. Tout candidat aux aides européennes accordées sous forme de dette contractée vis-à-vis de banques privées surtout européennes devait d’abord souscrire une demande d’adhésion à l’OTAN et ce alors que la raison invoquée pour la création de cette alliance, le danger communiste, a disparu. Les accords d’un déploiement d’un bouclier anti-missile signés avec la Pologne furent un pas de plus vers la confrontation avec la Russie.

L’Ukraine en est l’un des épisodes les plus récents.

Les manifestations de la place Mayden à Kiev avec le secours de bandes paramilitaires ouvertement néo-nazies et la tuerie perpétrée par des mercenaires ont conduit à un coup d’État et l’installation au pouvoir d’oligarques choisis par les USA pour leur hostilité à la Russie.

Les premières mesures prises par ce gouvernement illégitime au sens de la démocratie parlementaire occidentale ont été l’interdiction de l’usage de la langue russe et l’interdiction du Parti Communiste d’Ukraine, force politique non négligeable et structurée.

Des républiques autonomes veulent se constituer à l’Est, russophone, industrialisé et ayant comme principal client pour leur production la Russie dont toute l’Ukraine dépend pour son énergie.

Au-delà des manœuvres plus que douteuses d’un Occident entamé dans sa force et son principal instrument de domination par sa crise financière, nous voyons à l’œuvre des hommes et des femmes qui résistent militairement avec le succès qui peut couronner la foi et une cause juste.

De plus, l’hiver est proche.

De même que les rudes hauteurs afghanes ont défait les empires, celui d’Alexandre, le britannique et met en échec l’étasunien, le froid est l’allié de la résistance slave. Il a vaincu Napoléon, Hitler, il défera une armée ukrainienne démotivée mal équipée et prête à déserter sinon à changer de camp.

Venez débattre à la conférence du 19 septembre à l’Espace Maymana.

Nicolas Bárdos-Féltoronyi est géopolitologue et né en 1935 à Budapest (Hongrie).

Nicolas Bárdos-Féltoronyi
Nicolas Bárdos-Féltoronyi

Il arrive en Belgique en 1957, est depuis 1960 marié à une psychologue et a quatre filles.
Pouvant être définie comme hrétien de gauche, à la fois victime dans sa jeunesse du stalinisme et toujours très anti-USA. Professeur émérite à l’université catholique de Louvain en géopolitique. Il fait le lien idéal entre l’analyse de la crise ukrainienne et de la crise syrienne/irakienne car il a une vision globale des problèmes internationaux et du caractère global de l’impérialisme US.

vendredi 19 septembre 2014 à 19h00
P.A.F. : 3 €

Espace Maymana
8 rue Raspail 93400 Saint-Ouen
Tel : 01.47.87.29.09
à 5 mn du métro Garibaldi ligne 13

Évènement Facebook:
https://www.facebook.com/events/1546762728875631/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s